Apologie de GNU/Linux

Mes chers Mad-Lecteurs,

J’aimerais aujourd’hui vous parler de quelque chose qui a changé ma vie. En effet, je ne serais certainement pas là où je me trouve à cette heure-ci sans GNU/Linux, ce système d’exploitation si extraordinaire à mes yeux. Je ne serais certainement pas dans ma chambre, confortablement installé sur mon lit, en train de rédiger cet article. Je n’espère pas vous convaincre de changer, d’abandonner Windows ou MacOS pour cette merveilleuse mine d’or. Je ne souhaite que vous faire découvrir l’étendu des possibilités qui pourraient s’ouvrir devant vous, si tel devait être votre choix.

Des débuts de débutant…

Comme tout humain normal, si l’on peut considérer qu’une norme existe, j’ai découvert Linux en tant que débutant. Rares sont les hommes débutant dans une activité avec des capacités de professionnel, mais les légendes s’obstinent à affirmer qu’ils existent. Je m’obstinerai donc à affirmer que, lorsque j’ai balbutié mes premiers pas sur Linux, je n’étais qu’un individu bien peu averti en ce qui concerne les impénétrables voies de l’informatique. Je considérais cet inconnu comme une potentielle nuisance (si peu « intuitive », pour ne citer personne…) que l’on m’imposait.

Tandis que l’ordinateur de ma mère rendait l’âme sous Windows 7, mon frère a pris la ferme décision de lui offrir une seconde vie. Une seconde vie plus simpliste, et pourtant pas moins pratique lorsque l’on contemple les faits avec du recul : il a installé Arch Linux. J’ai bien conscience que dans le monde des débutants en Linux, le mot Arch est pratiquement devenu une insulte. Toutefois, je vous demanderai d’enterrer vos vieilles rancœurs en lisant cet article. Que nous parlions ici d’Ubuntu ou de Arch, je considère que nous sommes tous dans le même camp. Quant aux utilisateurs de Windows, croyons ensembles qu’ils sont sauvables. Ostracisez Apple (et les chrome books) si tel est votre désir, mais laissez les débutants débuter en paix, et les professionnels utiliser les outils qu’ils jugent les mieux adapter !

Une seconde vie plus qu’honorable !

Après que mon frère a installé Arch sur la relativement vieille machine de ma mère, je me suis résolu à découvrir ce nouvel environnement… qui je dois le dire, n’était pas aussi étranger que prévu. Le plus terrible des drames dans l’histoire de Linux, ce sont les préjugés qui l’entourent. Linux n’est pas difficile, mais nous le rendons difficile. Linux est abordable, pourtant nous le rendons inabordable. Malgré tous les efforts des développeurs de la communauté open-source.

Je m’égare, cependant. Ce que je devrais vraiment dire, c’est que non seulement l’environnement était d’une simplicité alarmante, mais aussi que les programmes superflues qui prenaient de la place sous Windows avaient disparu. Cessant ainsi d’encombrer cette pauvre machine qui ne désirait qu’une seule chose : respirer ! Fini les mises-à-jours aléatoires qui durent une nuit (et plus si affinité). Fini les pluies de virus dès que l’on installe un logiciel. Fini l’interminable attente au démarrage…

Oui, Linux, tu as changé ma vie, et pourtant tu as fait bien davantage. Tu m’as offert une infinité d’opportunités d’apprentissage que je n’aurais jamais eu, si toutefois je n’avais pas embrassé le changement que tu semais sur mon chemin.

De faux préjugés ?

Comme je disais, l’idée que vous avez de Linux n’est probablement pas la bonne. Mettez de côté vos idées reçues, et suivez-moi quelques instants.

À ceux qui prêchent que Linux est réservé aux initiés, je dis que pour devenir initié, il faut oser faire le premier pas menant à la vrai connaissance, plutôt que de s’entêter à défendre des idées reçues.

À ceux qui croient que Linux est un art difficile, je dis qu’ils n’en savent pas assez pour juger. De nombreuses distributions ont été développées pour rendre la vie considérablement plus aisée aux débutants, tel qu’Ubuntu, Linux Mint, ou même Manjaro (et probablement d’autres dont je n’ai pas encore connaissance).

À ceux qui croient que Linux est une boite noire où on n’en finit plus d’écrire des lignes de code, je dis que Linux n’est pas davantage un sombre mystère que Windows. Au contraire, Linux ne cache rien à son utilisateur, là où l’esprit capitaliste de Windows et MacOS préférera vous tromper.

À ceux qui croient que l’on ne peut jouer sous linux… je dis qu’il est grand temps que vous essayiez, car Linux s’améliore jour après jour, mais pas qu’en ce qui concerne les outils de bureautique. Steam en témoigne, mais Wine également…

Puisque l’on y vient, j’ajouterai enfin pour ceux qui croient que l’on ne peut pas travailler aussi bien qu’ailleurs lorsque l’on utilise Linux, qu’une nouvelle fois, vous faites fausse route. Tout ce qui existe sous MacOS et Windows, vous le trouverez sous Linux. Parfois, le temps d’adaptation sera plus élevé, je vous le concède. Vim et LaTeX défieront votre mode de penser bien davantage que Word, ou LibreOffice, mais ils sont bien plus puissants et agréables à manier. Telles des épées bien affûtées, ces anciens logiciels ont traversé les décennies grâce aux mises-à-jours régulières de professionnels qui vous ouvrent les portes du code qu’ils ont écrit. Qui vous ouvre les portes d’un monde où on a davantage confiance en les logiciels que l’on installe…

Quel chemin pour l’enthousiaste ?

De nombreuses distributions existent, mais le débutant ne doit pas se laisser tenter et se perdre dans les méandres du chaos que la liberté créative peut parfois perpétrer. Pour commencer, une distribution stable et conçu pour répondre aux besoins du non-initié, il faudra choisir. Voici une courte liste des distributions à considérer :

  • Linux Mint
  • Ubuntu
  • Manjaro
  • CentOS

Les distributions de Linux divergent en bien des points, mais pourtant restent toutes extrêmement liés. Si ce n’est pour dire que l’identité de chacune ne tient qu’à un fil et qu’elles ne sont réellement qu’une.

Des sources pour commencer…

L’un des grands malheurs de notre temps est que les sources coulent bien davantage de source lorsque l’on emploie des termes saxons pour quémander à notre vieil ennemi Google la solution à nos problèmes. Toutefois, je dirais que de l’aide sera toujours apporté, à celui qui saura la demander. Si nos chers moteurs de recherches ne sont plus ce qu’ils étaient, c’est également à notre avantage.

FRANÇAIS

Open-classrooms propose un excellent cours gratuitement que vous trouverez en cliquant sur ce lien. Je l’ai moi-même suivi à mes débuts. Je peux donc tranquillement affirmer que ses conseils vous guideront justement.

Si vous avez des questions à poser sur Linux, Google peut s’avérer utile. Certaines communautés sont aussi très actives sur stackoverflow.com ou encore Twitter et Reddit (et autres réseaux sociaux). Si vous voulez des idées pour personnaliser votre environnement de travail, Unixporn est un lieu d’arrogance et de frime idéal pour nourrir la créativité.

YouTube est lui aussi un terrain d’apprentissage propice, et je vous recommande vivement de lui faire vos requêtes en cas de problèmes.

Enfin, vous pouvez aussi chercher mon conseil par email, si la motivation vous a conduit à lire ces lignes…

ANGLAIS

J’ai de nombreuses recommendations, mais probablement trop, dans cette langue que j’affectionne comme ma langue maternelle.

Tecmint est un site web brillant, foisonnant d’articles. À lui tout seul, il vous fera franchir les plus hauts sommets. S’il ne suffit pas, DistroTube devrait pouvoir combler vos lacunes. Luke Smith sera un bon guide pour un niveau intermédiaire, mais aussi avancé.

Mes vidéos YouTube personnelles, ainsi que mon blog, vous donneront également des ingrédients, si vous êtes prêts à les accepter. Des deux, aucun n’est parfait, mais ils aspirent à vous assister au mieux de leurs capacités.

Des idées pour poursuivre…

Le chemin du savoir est infini, mais infiniment satisfaisant. Si vous empruntez les sentiers de Linux, vous vous sentirez souvent ignorants, mais saurez toujours bien plus. Si je devais lister quelques outils, connaissances ou capacités que tout utilisateur voudrait découvrir ou développer durant ses pérégrinations, voici quelques-uns que je choisirais :

  • Les distributions Linux & leurs différences
  • La gestion des packets / programmes
  • Gestionnaire de bureau OU gestionnaire de fenêtre (Desktop environment versus window managers)
  • Utiliser le terminal et un langage shell.
  • Lire le manuel et trouver les solutions à ces problèmes (ou demander de l’aide avec précision)
  • Développer ses compétences sans porter atteinte à celles des autres.
  • Tellement d’autres choses que je n’ose aborder dans un article aussi court…

Soyez curieux !

La curiosité, au-delà d’être un vilain défaut, est une qualité qu’il vous faut impérativement nourrir quotidiennement. Je ne propose pas seulement de la nourrir avec des articles d’informatiques et des expériences linuxiennes, mais plutôt d’exercer votre sens critique en lisant des articles, en écoutant des vidéos et podcasts, sur une large variété de sujets… Dans l’hypothèse où cela ne vous servirait pas (ce qui n’est pas possible), cela ne saurait vous nuire. La curiosité offre les connaissances, les connaissances construisent le savoir, et le savoir glisse sur la manipulation.

Osez glisser sur l’influence manipulatrice d’Amazon, de Google, de Facebook, d’Apple, et de toutes ces entreprises qui prétendent vouloir votre bien avec leurs produits aux airs brillants qui ne cessent de polluer en arrière plan. Qui ne cessent de bafouer vos droits en espionnant vos moindres faits et gestes. Osez glisser sur tous ces mensonges devenus omniprésents sur le World Wide Web. Osez créer un monde meilleur, une action insignifiante à la fois !

Votre avis

Qu’avez-vous pensé de cet article ? L’avez-vous aimé, le recommanderiez-vous ? Était-il suffisamment complet ou manquait-il des choses ? Dites-moi dans les commentaires, et je travaillerai plus dur à m’améliorer.

Si vous appréciez mon travail, vous pouvez m’encourager sur Patreon, ou simplement en vous abonnant par email ou wordpress et/ou en partageant votre opinion dans les commentaires (tout en restant respectueux, cela va sans dire). Si vous le souhaitez, vous pouvez également découvrir ma chaîne YouTube. Le contenu y est, à l’heure actuelle, exclusivement anglophone, mais rien n’est figé dans la pierre.

Prenez soin de vous,

Philippe.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.